La porte d’enfer, la pointe de la grande vigie et le marché de St Francois

14 février 2015

J’étais déjà allée à la porte d’enfer et j’ai été interloquée par le changement radical de l’environnement. En effet, le lieu a souffert de la pollution de pétrole et il m’a paru méconnaissable. En tout cas, une journée placée sous le signe de très forte chaleur et de paysage totalement différent de ce que l’on a pu voir jusqu’à présent.

14 AOÛT 2012

Après être passé par la route à travers les prairies guadeloupéenne…

carnet-de-voyage-guadeloupe-6437

carnet-de-voyage-guadeloupe-6435

… nous sommes arrivés sur la route des falaises et aux falaises de la porte d’enfer où la mer s’est frayée un chemin jusqu’à l’intérieur des terres, pour former aujourd’hui un lagon.

carnet-de-voyage-guadeloupe-6442

Face à ce paysage de falaises, nous nous croyons en Bretagne ou bien en Normandie, la chaleur en plus. Et quelle chaleur, c’est presque insoutenable. Une fois arrivée à la porte d’enfer, nous avons complètement été trempé par une averse. Nous nous sommes réfugiés sous les toits d’un restaurant et après quelques minutes d’attente (ça sent très mauvais, ça sent la vase) nous prenons le chemin des contrebandiers. Le chemin est très caillouteux et glisse énormément. Nous avions prévu de faire la randonnée de la trace des falaises, qui va de la Pointe Petit Nègre à la Porte d’Enfer en passant par la Pointe du Souffleur.

Finalement, nous nous sommes arrêtés au trou de Man coco, une grotte dans la falaise, lieu de légendes, sacrifices et rite vaudous et nous avons fait demi tour à cause de la chaleur écrasante.

carnet-de-voyage-guadeloupe-6443

Nous rencontrons des gens en chemin et en discutant un peu nous découvrons que le site a été complètement détérioré par la pollution due au pétrole et que les algues prolifèrent énormément. Ce qui explique cette odeur désagréable. Je comprends alors mieux pourquoi ce site ne ressemble plus du tout à mes souvenirs de mon ancien voyage en Guadeloupe.

carnet-de-voyage-guadeloupe-6447

carnet-de-voyage-guadeloupe-6448

En bas de la photo, on aperçoit les algues.

carnet-de-voyage-guadeloupe-6450

carnet-de-voyage-guadeloupe-6453

Un paradis transformé en enfer. Nous avons de la peine pour le restaurateur, qui, à notre avis n’a plus un seul client. Nous remontons en voiture et nous poussons notre balade à la pointe de la grande vigie.

Retour au bungalow.

J’ai beaucoup souffert de la chaleur, je me repose. Aurélien part se baigner à la plage.

Vers 16h30 nous partons à Saint-François pour le marché nocture (enfin il faisait encore jour). C’était assez petit et très peu typique, à vrai dire un peu comme tout ce que nous rencontrons de ce côté de l’île. En bon touristes, nous faisons l’acquisition d’une belle peinture sur une écorce de cocotier. La nuit est enfin tombée et il est trop tard pour repartir vers Sainte-Anne et faire un plouf à la plage de la Caravelle dont la réputation attise ma curiosité.

 

Une autre fois.

Et demain, quel sera le programme ? Feu d’artifice ?

carnet-de-voyage-guadeloupe-14

J13 Plage de Bois Jolan et la Pointe des châteaux

A suivre : Saut de l’acomat, Aquarium de Pointe à Pitre et Sainte Anne

VOIR ET POSTER UN COMMENTAIRE +

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.