Retrouvez moi sur
Instagram
Voyager en van et en famille, notre mode de fonctionnement

Voyager en van et en famille, notre mode de fonctionnement

Voyager en van et en famille, notre mode de fonctionnement

Le voyage en van est vraiment un état d’esprit qui fait soit rêver, soit qui interroge au niveau confort et organisation. J’ai toujours été attirée par les contre cultures et vous vous doutez bien que la « vanlife » m’a toujours fait rêver !

On imagine plutôt ce mode de vie et de voyage pour les voyageurs solo, entre amis ou en couple, j’ai attendu d’avoir une famille pour sauter le pas. Alors quand on a eu besoin d’un nouveau véhicule et un projet immobilier en tête, nous avons préféré rogner sur le budget global de la maison et s’offrir la liberté un van.

Entre rêve et réalité, je vous ai préparé un article sous forme de questions réponses sur notre mode de fonctionnement dans nos voyages et escapades en van et en famille. Je ne me considère pas comme étant une grande voyageuse, je compose comme bon nombre d’entre nous entre nos cinq semaines de congés par an et nos week-end. Mais ces instants sont tellement précieux que je prends plaisir à partager avec vous nos petits bouts de bonheur et parfois de galère.

En route !?

Qui sommes-nous ?

Coucou, c’est nous ! Céline, Aurélien, Alexis, Maxime et Jango. A l’heure où j’écris ces lignes, Alexis vient d’avoir cinq ans et Maxime a un peu plus de deux ans.

Depuis que nous avons notre van, nous avons toujours voyagé au complet et en famille. Je ne conçois pas un voyage sans mes enfants même si ce serait certainement plus reposant ou moins contraignant… Mais en fait je ne conçois vraiment pas un voyage sans mes enfants.

#vanteam

Ils ne se souviendront certainement pas de tous les endroits que nous aurons visité, des situations vécues mais ces expériences font parties pour moi des fondations de l’éducation et des valeurs que je souhaite leur transmettre comme l’ouverture d’esprit, la curiosité du monde qui nous entoure, le respect des différences, des autres, de la nature, le sens de l’effort et surtout qu’il suffit de peu pour être heureux.

Et je compte sur les photos, les livres photos que j’ai en préparation pour leur léguer mes, nos souvenirs.

Les voyages en van sont aussi pour nous l’occasion de se retrouver ensemble dans notre cocoon sans aucune distraction du quotidien. Un court week-end peut avoir les bénéfices d’une semaine de congés et trois jours de balade peut me sembler être une éternité.

Les préparatifs d’un voyage en van ou de tout road trip

Il faut distinguer les escapades en van en France sur un week-end qui ne nécessitent aucune préparation ou presque et les voyages. Pour les voyages, je prépare souvent un plan et un itinéraire avec des points centraux de choses que je souhaite voir ou faire. Je suis celle qui décide. J’aimerai parfois qu’Aurélien s’investisse dans les préparatifs, je trouve difficile d’imposer à tout le monde mes choix et j’ai surtout peur de récupérer les pots cassés si le voyage est mal préparé ou complètement foiré. Mais ça ne l’intéresse pas, son job à lui c’est conduire.

Il faut aussi savoir qu’il y a des destinations qui se prêtent plus ou moins bien au voyage itinérant en van. Par exemple, nous avons eu la mauvaise surprise de constater que l’Italie n’est vraiment pas adaptée pour ce type de voyage. Nous avons énormément galéré pour trouver des lieux où dormir… Nous nous sommes souvent rabattu en camping où nous avons même été refusés.

jeunes enfants van vw westfalia

Quel équipement ?

Nous avons un multivan T4 Westfalia, nous avons préféré ne pas prendre le modèle California car nous ne souhaitions pas avoir au quotidien la cuisine et les placards. En effet, le van nous sert tous les jours dans nos trajets quotidiens. Nous voulions quelque chose de modulable.

Donc en terme d’équipements c’est basique. Nous avons un bloc additionnel avec un réchaud au gaz, un évier et un jerricane qui au final ne nous sert jamais. Je pense que nous allons utiliser le placard pour y entreposer les bouteilles d’eau minérale. Nous avons aussi une glacière électrique. Sinon, le mot d’ordre est de voyager léger.

Sacs de couchage, coussins pour le sommeil, une caisse en plastique pour nos vêtements, une caisse pour la nourriture et une caisse de serviette / bain / chaussures de randonnée. C’est tout ! Les couches sont coincées aussi à l’arrière du van sous un siège pour qu’elles soient toujours accessibles et nous avons une caisse coincée derrière le bloc cuisine avec le nécessaire du petit déjeuné. Nous sommes en pleine réflexion d’ailleurs de conserver ce bloc « cuisine » qui prend énormément de place et n’apporte pas beaucoup au final. Pour le moment, nous sommes partagés, il va falloir tester sur un ou plusieurs week-end avant le départ au Maroc.

cuisine van

une bonne raclette au réchaud à gaz

Nous avons bien sûr les sièges-enfants des petits et en accessoires deux portes sac à dos de randonnée (une révolution – révélation), une caisse jouet /pyjama / biberon qui reste toujours sur le siège arrière, une table de camping et des tabourets. Hormis les chaussures de randonnée qui ont fait leur apparition dernièrement, les enfants et moi n’avons qu’une seule paire de chaussures et à la belle saison sans vouloir faire de la pub, je trouve les Crocs fantastique. J’ai pris le modèle Kids’ Crocband Sandal pour les garçons. En quatre à cinq mois d’utilisation intensive et quotidienne, elles n’ont pas bougées. Ça leur tient parfaitement le pied, c’est confortable, solide, ça ne glisse pas, ça peut aller dans l’eau et ça sèche en dix secondes top chrono. La chaussure pratique par excellence et à tout faire. Moi j’ai un modèle genre claquette et Aurélien lui aime avoir en plus une paire de basket pour conduire.

Nous avons investi dans un vide-poche mural de salle de bain que nous avons installé sur le troisième siège où nous entreposons les couverts en plastique, le coton, l’eau nettoyante, mes médicaments, mes boules quies (mes deux choses vitales) et tout un tas de petit bazar. Tous les vides-poches du van ont une utilité, médicaments de premier secours, sac poubelle, papier toilette, lampe torche, fil à linge et tout un tas de petit bazar, j’en ai déjà parlé ?

Un des accessoires indispensable est pour moi le convertisseur allume cigare vers secteur qui nous permet de recharger les portables et les batteries de l’appareil photo ou de brancher l’ordinateur portable quand nous le prenons.

bazar van

Au final, c’est peu mais en même temps beaucoup et avec l’expérience nous avons pris le coup de main pour déplier / plier le van en moins de vingt minutes.

Pour déplier le van, les sièges enfants partent sur les sièges avant, la table, tabourets et sac de randonnée partent sous la banquette dépliée, les caisses en plastique ne bougent pas de place et les coussins nous servent pour dormir donc sont déposés sur la banquette. Pour replier, système inverse, nous sortons la table, tabourets et sac de randonnée, nous replions la banquette, nous plions les sacs de couchage sur la banquette arrière avec la fameuse table et ses tabourets et remettons les sièges enfants à leur place. J’avais choisi des modèles simples d’installation exprès.

Sur la route

Mon meilleur ami reste Google Maps. Je note des étoiles sur les lieux que je souhaite visiter. Le mode GPS nous permet de nous repérer et à l’avenir il faut que je teste les cartes hors-connexion qui me permettrait de sauver mon forfait Europe annuel.

Je ne sais pas si c’est un comportement purement masculin mais que ce soit Aurélien ou mon frère, j’ai souvent droit à des réprimandes sur mes conseils d’itinéraire. Mais bon, pour ma défense (oui, je me défends) je n’ai pas un GPS intégré dans mon cerveau et je suis comme eux…. Je n’ai jamais mis les pieds dans la destination que nous visitons. Donc non ! Je ne sais pas où il y a un coin sympa cool et relax pour se poser et non je ne sais pas si la petite route parallèle n’est finalement pas mieux. Je dois avouer que ça fait partie des plus grosses engueulades qu’on peut avoir lors d’un voyage. Oups.

On ne part pas si l’on est un esprit paisible. Il faut une certaine dose d’irrésolution, d’amour dévorant de la vie et de doute, pour se tailler la route – Clara Arnaud

van rouge espagne

Comment voyager en van avec de jeunes enfants ?

En les installant dans le van ? peut-être ?!

Non rien désolée, je ne me vois pas voyager sans eux. Le secret, les habituer à la route. Je crois qu’ils « savent ». Les voyages sont conditionnés par, on va rouler, vous pouvez faire dodo ce qui reste la meilleure astuce pour leur faire faire la sieste et les faire récupérer, on va trouver un endroit où manger, on va trouver un endroit où dormir. Déplier le van fait aussi parti intégrante de leur vocabulaire.

Nous faisons souvent une activité le matin et une autre l’après-midi. Parfois Alexis est un peu déphasé dans le déroulé de la journée et il n’est pas rare qu’il nous demande dès le midi quand nous allons nous arrêter et trouver un endroit où faire dodo.

jeunes enfants vanlife van vw westfalia
Italie 2016

dormir avec jeunes enfants van road trip

J’appréhendais le départ pour la Catalogne et l’Italie l’année dernière avec Maxime, il avait a peu près dix huit mois. Deuxième astuce, ne pas compter ses heures de sommeil. C’est juste la foire. Dernier couché, premier levé et bien sûr moi par la même occasion. J’ai entamé le voyage de nos trois semaines en Italie par une nuit blanche. Maxime avait dormi de 20h30 à presque une heure du matin alors que nous traversions la France, au réveil il a cru que la sieste était finie. Ce n’est pas le seul exemple 🙂

Au final, je dors avec les deux garçons sur la banquette du bas, pendant qu’Aurélien s’est trouvé la place en or dans la tente Westafalia avec son petit filet d’air frais qui lui caresse le bout des oreilles à travers des fenêtres ouvrantes.

Je n’ai toujours pas réussi à instaurer un rituel du coucher qui calme les esprits. C’est juste la foire. Je suis rapidement transformée en une gigantesque montagne à escalader. Les boites à musiques font bien leurs effets, par contre à partir du moment où nous sommes proches d’une source lumineuse ou si c’est pleine lune, c’est horrible. J’ai bien failli me retrouver le nez cassé une fois. La chaleur n’aide pas beaucoup non plus.

Après Alexis et Maxime ont vraiment deux tempéraments bien différent. Alors que le premier s’endort en 10 secondes l’autre…. Je vous laisse deviner d’où sont tirées ces anecdotes.

La bonne nouvelle, c’est qu’avec le temps, ça va de mieux en mieux.

sieste enfant bébé en road trip en van westfalia

sieste enfant et bébé en van voyage en van road trip

Nous avons presque chacun notre place. Le plus efficace c’est quand je fais barrage au milieu. Quand je vous dit qu’il y a progrès, nous avons même réussi pour la première fois de notre vie a faire une sieste tous ensemble en plein jour et sans à avoir à rouler !

Si  nous avons envie de rester discret, nous ne levons pas la tente westfalia et on se couche tous les quatre sur la banquette du bas. On est loin du grand confort mais c’est parfois nécessaire. Le camping sauvage même si il est plutôt bien toléré dans la plupart des cas, n’est pas légal. Donc parfois, il faut savoir se faire tout petit et le plus discret possible.

La vraie difficulté au niveau du sommeil est finalement le retour. Etre confiné trois semaines ou même quelques jours tout près de leur maman fait que le retour dans leurs chambres respectives et seuls dans leurs lits est un peu compliqué. Même nous, nous avons la sensation que tout est gigantesque lorsque nous retrouvons notre maison.

Au niveau des activités, nous privilégions les activités de plein air et la visite de certains petits villages. Clairement avec les enfants, je recommande des sacs de portage, ça nous a changé la vie ! Nous avons été confronté plusieurs fois au comportement mythique d’Alexis « je ne veux plus avancer ». En pleine montagne, en ville, dans la foule…. Quand il a plus envie, il n’a plus envie et non merci, c’est le meilleur moyen de gâcher une journée ou du moins une sortie.

Sérieux ?

Donc, je me suis écoutée et j’ai investi dans des sacs de portages et depuis, nous enchaînons les randonnées et c’est un véritable bonheur.

Randonnée au Lac d’Anglas – Août 2016

Nous avons complètement abandonné la poussette qui prend de la place et n’est plus du tout utile.

Et le chien dans tout ça ? Comment voyager en van avec un chien

C’est bien simple, c’est le plus sage !

Les seuls inconvénients sont les excursions et parc nationaux interdits aux chiens et la chaleur. Ah si les villes aussi. Bon ok, c’est le plus sage, mais voyager avec un chien n’est pas le plus pratique du monde.

Pour les pays du sud de l’Europe et du bassin méditerranéen, il faut bien les protéger contre les moustiques qui peuvent être mortel pour eux. Il faut penser à prendre aussi leur carte d’identification et leur carnet de santé. Si nous faisons escale dans un camping, il faut faire attention que le dit camping accepte les chiens. Parfois il est indiqué accepté aux chiens de petite taille… Donc notre grosse patate ne correspond pas vraiment aux critères.

Au niveau des croquettes sur un moyen court séjour nous préparons des sacs journaliers avec la dose de croquette sinon, nous embarquons le gros sac rangé sous la banquette du bas.

La nuit, Jango s’installe au pied du passager avant. Il connait nos rituels et clairement je me sens plus en sécurité avec lui. Il monte parfois un peu trop la garde d’ailleurs.. Pour notre prochain grand départ, 15 jours au Maroc, nous partirons sans lui, j’en ai le cœur serré rien que d’y penser. Quand je suis partie avec mon frère, nous ne l’avions pas amené non plus et j’ai passé trois jour à le chercher partout. Bref, il fait partie intégrante de la famille et quand il n’est pas là, il manque !

Comment voyager en van avec de jeunes enfants et un chien

RAS. On est content

Et au niveau pratique, comment ça se passe ?

La vie en van n’est pas la vie en camping-car

Si vous désirez vous lancer dans un road trip en van en famille, il faut bien faire la distinction entre un van et un camping-car. Ce n’est pas du tout pareil. En van, il faut retirer toute forme de confort, il n’y a pas de toilette, pas de douche, pas de réservoir d’eau, pas de frigo, pas de cuisine, pas de placard, pas d’electricité. Il faudra déplier et replier le van tous les soirs et tous les matins pour dormir. La banquette du bas pour nous n’est pas « plate ». C’est à dire que je sens les différentes parties des sièges en dormant. On ne tient pas non plus debout dans un van, à moins que vous ayez une tente Westfalia et que vous puissiez remonter le toit.

L’avantage est que nous pouvons passer sous les barrières de 2m des parking. Nous pouvons circuler en ville sans difficulté, nous payons l’autoroute comme une voiture. Par contre en camping, nous payons souvent comme une caravane.

L’hygiène en road trip

Pour se laver, nous privilégions la toilette du chat ! Le strict minimum. L’eau nettoyante des enfants est très pratique et sert pour toute la famille. Pour les douches, nous profitons d’une escale dans un camping. Pareil, un seul gel douche / shampoing (il y a des produits pour enfants également très bien qui font les deux en un) pour toute la famille.

Pour aller au petit coin, j’avoue que pour le coup c’est surtout un problème de fille, il faut se trouver un endroit avec des arbustes pour se cacher, sinon les stations services, les gares, gares de bus, les toilettes publiques, et les campings. J’étais plutôt du genre à être totalement constipée les premières escapades et voyages en van. Mais un jour j’ai réalisé que ça me gâchait tout simplement la vie avec le mal de ventre en prime donc j’ai appris à lâcher prise. Peu importe si les toilettes ne sont pas parfaites, il suffit de ne pas s’asseoir sur la cuvette et dans la nature, ben je m’éloigne, je me cache et je me porte beaucoup mieux et surtout j’arrête d’y penser toute la journée !

Clairement, je n’ai eu qu’une seule fois un réel problème, c’est à la station de Gourette, nous nous étions posés pour la nuit sur le parking et le lendemain matin, une envie vraiment pressante et des randonneurs de partout !! le cauchemar.

Je sais que certain vanlifer ont des toilettes portatives, bon pour le moment nous n’en n’avons pas du tout l’utilité, nous avons toujours réussi à nous débrouiller.

Pour les besoins en pleine nature, il est pour moi primordial de ramasser son papier toilette. Toujours.

Pour les besoins en pleine nature, il est pour moi primordial de ramasser son papier toilette. Toujours. Pipi ou caca hein ! C’est infecte de retrouver des toilettes géantes dans la nature. On recouvre sa crotte par une belle feuille trouvée sur le sol et tout est parfait.

Nous avons juste un petit soucis d’acquisition de la propreté de la part des enfants. Enfin pour le moment de la part d’Alexis, Maxime est trop petit mais ça ne va pas tarder. En effet, du coup. Comme on fait nos besoins dehors sans vraiment de contrainte, il y a un problème de circonstance quand ton gosse baisse son pantalon au milieu de ton jardin ou plus gênant au parc de jeu !

Où dormir ?

Nous cherchons souvent des endroits assez reculés pour faire du camping sauvage, la base est de laisser l’endroit tel que nous le trouvons en arrivant. Si nous ne nous sentons pas en sécurité, nous passons notre chemin. Avec les enfants, nous faisons aussi attention aux alentours, falaises, rivières, trop prêt de la route etc… Parfois, il y a des bons spots que nous devons laisser de coté car trop dangereux pour eux.

Il n’est pas rare qu’on s’arrête aussi en camping. Tout dépend de la région visitée et de la saison. Par exemple, en Catalogne en plein mois de mai, nous n’avons pas trouvé de camping ouvert ou presque. Et vu la saison il était relativement simple de faire du camping sauvage.

D’expérience, il vaut mieux s’arrêter dès que l’on trouve un endroit qui nous plaît, le risque est d’être tenté de trouver mieux. Mais n’étant pas un GPS grandeur nature, je ne connais pas à l’avance ce que nous pouvons trouver plus tard, c’est ainsi qu’à plusieurs reprises, nous nous sommes retrouvés à rouler et encore rouler espérant trouver un endroit où se poser. Ça a été particulièrement le cas en Italie dans la région des lacs où les routes sont enclavées entre les lacs et les habitations ou dans le sud où les routes sont enclavées entre falaises et la côte entièrement privatisée. L’Italie n’est clairement pas la destination à privilégier pour un van trip orienté nature, vous l’aurez compris.

Il vaut mieux aussi préférer le hors saison. Personnellement, ce n’est pas toujours possible, nous devons conjuguer entre nos dates de congés respectives, les congés de la nounou et aussi l’école. Pour le Maroc, tant pis nous ferons perdre à Alexis une semaine d’école. Je pense que l’expérience sera tellement enrichissante que je ne me fais pas de soucis. D’ailleurs, il est assez drôle de voir comment les deux ont parfaitement intégré le fait que nous allions repartir loin et longtemps. L’argument plage, désert, randonnée et dromadaire ont bien été intégrés !

Comment manger correctement en road trip en van ?

Manger correctement ? Bon personnellement c’est quasi impossible. Déjà en temps normal, je ne suis pas un as des petits plats mijotés. Mais en voyage en van, se faire la cuisine relève de la prouesse. En plus, je ne suis pas franchement aidée par deux de mes hommes qui n’aiment pas les légumes. Une vraie difficulté est que quasi rien ne se conserve sur plusieurs jours. Nous avons investi dans une glacière sur secteur, mais même avec la glacière il ne faut pas compter plus d’une journée de conservation des aliments frais.

Bref, je n’ai aucun conseil à donner en la matière. Nous sommes une véritable catastrophe. La base de notre alimentation est donc constituée de boîtes de conserve, de féculents, de pain de mie, de pâte à tartiner et de chips. Ah pardon, j’oublie les gâteaux. En été, nous sommes quand même de gros consommateurs de tomates cerises et de concombres. A chaque voyage, c’est fatal, je reviens avec des kilos en plus…

Le seul conseil est de faire des petites courses régulièrement, éviter les petites supérettes qui coûtent un bras et se faire un stock régulier d’eau minérale.

Pour la vaisselle, nous n’avons que des ustensiles en plastique sauf la casserole de cuisson. Nous faisons la vaisselle à l’eau ou nous essuyons avec du sopalin. Nous ne sommes pas des exemples du zéro déchet mais l’essentiel est de respecter la nature qu’on visite. Il n’y a jamais de trace de notre passage, à aucun moment. Nous ramassons tous nos détritus et parfois même ceux que les visiteurs précédents ont laissés en cadeau (empoisonné). Je ne comprendrai jamais.

Il suffit de trouver un container poubelle pour jeter ses poubelles, et même si celles-ci sont une véritable infection à cause de plusieurs couches nauséabondes, il faut faire avec, ouvrir les fenêtres et se boucher le nez. Mais au grand jamais laisser ses détritus dans la nature. Par pitié ! C’est irrespectueux, sale et tout simplement un délit.

Comment gérer le linge ?

Comme je le disais en introduction, le secret est de voyager léger. Tant que c’est propre, on garde le vêtement. Pour les enfants c’est plus délicat et ce sont eux qui ont le plus de rechange. Pour palier au pipi au lit intempestif, nous avons pour le moment arrêté de se retrouver avec des sacs de couchage trempés et qui puent et nous avons réintégré la couche pour le moment.

Pour les courts voyages nous faisons attention et pour des voyages sur quinze jours ou trois semaines, nous faisons des lessives lors d’escale en camping. Il faut penser à prendre des doses de lessive avant de partir car ce n’est pas prévu ou payant.

Si vous êtes arrivés au bout de cet article roman, vraiment bravo ! Je pense avoir fait le tour des questions globales sur notre organisation et notre mode de fonctionnement. Vous pouvez aussi parcourir le blog qui raconte en détail la plupart de nos excursions.

J’espère vous avoir donné envie de sauter le pas et de voyager en famille (ou pas) en van ! Pour résumé, faites preuve de bon sens, respectez la nature, découvrez le monde les yeux grands ouverts, soyez curieux et profiter de vos enfants ! Tchuusss, on se retrouve sur la route ?

Dans les prochains chapitres « vanlife » j’aborderai le coût d’un voyage en van et ma peur de conduire.

N’hésitez pas à laisser en commentaires vos questions et interrogations, je ferais mon possible pour vous donner des réponses utiles.

A lire également

13 Commentaires

  • 9 mois (il y a)
    Ton article me donne tellement hâte qu’on ai le 4*4 et qu’on l’aménage, on a déjà tout en tête. Que j’aime cette vie de liberté sur la route ! Et comme toi, il me tarde le Maroc 😉
    • 9 mois (il y a)
      c’est pour quand le 4*4 du coup ? Ah oui le Maroc…. Faut que je me replonge dans l’itinéraire d’ailleurs… Ca va être long de patienter jusqu’au mois d’avril !
  • Maeva
    9 mois (il y a)
    Je me suis dévorée (CE n’est pas la 1ère fois!!!) ton article. Et je dois t’avouer mon admiration…non pour voyager en famille, ni voyager en van, ni voyager avec ta tribu, ni pour voyager tous ensemble en van ….mon admiration pour ta capacité à concentrer Practicité,Intérêt,Esthétisme,
    Humour et Clairvoyance.
    Témoigner Partager….
    Raaaaaaaah ca ouiiiiiiiiiiune
    j adore

    ….vive la foire en westfalia, les heures de siestes en forme de pleine Lune…et la qualité du temps passe avec les siens..Amitiés semillantes de baxquie à tous les 4!

    • 9 mois (il y a)
      ah ma Maeva… J’ai lu ton commentaire en me disant mais qui est cette personne qui me laisse un si beau commentaire si vrai 🙂 Puis j’ai vu ton nom et j’ai compris. Des bises énormes venues du cœur. Et vive les siestes en forme de lune & les amitiés semillantes de notre très chère baxquie <3
  • 9 mois (il y a)
    Super intéressant, même pour moi qui voyage en voiture break, sans enfant et sans chien 😉
    Ca montre d’autres façons de voyager!
  • 9 mois (il y a)
    Ah c’est vraiment top de lire ton retour, en famille.
    Petite on partait en camping avec le trafic familial, j’ai appris tôt à déplier le auvent tout ça.
    Un peu moins roots que la vraie vanlife mais c’est de super souvenirs !
    • 8 mois (il y a)
      j’ai fait du camping aussi étant enfant, je n’ai malheureusement pas vraiment de souvenir. Peut-être qu’inconsciemment tout ceci à quand même un lien 🙂 On ne saura jamais. Tu sais, malgré le van, nous faisons finalement souvent du camping aussi. Même si effectivement on cherche un endroit tranquille pour dormir, le camping a l’avantage de proposer des douches.. Ce qui pour 2 ou 3 semaines de voyage est plutôt appréciable de temps à autre 😉
  • 9 mois (il y a)
    J’admire ceux qui ont le cran de vivre différemment, et ton choix en fait partie!
    J’ai adoré la lecture de ton article, et je trouve admirable ton envie transmettre ainsi tes valeurs à tes deux petits bouts, et de partager avec eux de si belles expériences, bien que cela ne soit pas toujours facile j’imagine!
    Je n’en suis pas encore là, mais j’ai réservé un week-end dans un van vintage pour mon chéri et moi (c’est son cadeau d’anniversaire, et un de ses rêves), cette expérience sera toute nouvelle pour moi, mais il faut savoir sortir de sa zone de confort!
    En tous cas merci pour tous tes conseils avisés, j’en prends bonne note 🙂
    • 8 mois (il y a)
      oui, c’est super ! J’ai vu que des vans étaient à louer. Ca peut être une bonne alternative pour ceux qui n’ont pas les moyens de s’acheter un van (quoique la location n’est quand même pas donnée et il faut rajouter les frais d’essence) et les personnes comme toi qui ont envi de voir si ce mode de voyage pourrait plaire. Vous avez choisi la destination ou pas encore ? J’espère que tu vas apprécier – kiffer même ce week-end en amoureux !!
  • 9 mois (il y a)
    je me/nous reconnais tellement dans ce récit! en van l’organisation devient le mot d’ordre, je vois que nous sommes tous pareils à réduire au maximum, à voyager en mode minimal… pour les enfants c’est juste la meilleure école qui soit! ma 12 ans est très débrouillarde et a bien compris qu’il y avait des solutions pour tout, et qu’il n’est pas utile d’avoir un robinet pour avoir de l’eau… que l’eau a beaucoup de valeur, etc! eh oui et pour les filles je dirais même que les pauses pipi sont des pauses qui rythment les journées de voyage! bref j’ai adoré lire cet article et nous revois sillonner les routes d’Europe en combi vw… en vivant aux Antilles on se garde ce plaisir pour l’été, mais je t’avoue que ça manque un peu… et je me délecte avec tes récits, alors merci Céline 😉
    • 8 mois (il y a)
      ahah heureusement je suis un peu un dromadaire, je bois peu et donc je vais peu aux toilettes 😉 Je m’en fais pas pour toi, je sais que tu profites bien des Antilles aussi 🙂
  • 2 mois (il y a)
    Eh bien tu vois, nous avions échangé à propos de la vanlife, après l’avoir pratiqué en solo quand j’étais jeune et célibataire, nous voilà à deux pas de franchir le pas en temps que famille et tes conseils me seront très précieux !
    Juste dommage que les images aient disparues de ton article !

    Je reviendrais bientôt si notre projet va au bout

Laisser votre commentaire

Répondre à Céline Annuler la réponse.Votre adresse mail ne sera pas publiée